Posts Tagged ‘voyage’

h1

Sweet come back

septembre 8, 2009

Ca y est, je suis de retour en France. Après le plus long trajet São Paulo-Cannes de l’Histoire, me voici dans mon nouveau chez moi, avec un dernier petit goût de vacances, vu qu’ici il fait toujours beau et chaud, et la piscine m’invite gentiment à la rejoindre tous les jours.

Si le trajet fut long, c’est parce qu’il fut morcelé en mille d’étapes; vous savez, quand on est encore jeunes, le paramètre confort passe bien après celui du prix…
J’ai enchaîné tellement de vols que je commençais bien évidemment à apprendre les démonstrations de sécurité par coeur. D’ailleurs, au dernier trajet Madrid-Nice (j’en viendrai à expliquer ce que Madrid peut bien vouloir faire dans cette histoire), je me suis carrément fait engueuler par l’hôtesse de l’air parce que je discutais avec mon voisin pendant qu’elle montrait comment souffler sur le petit tuyau en cas de mauvais gonflage du gilet, yadda yadda.

Oui, donc, avant Madrid, un gentil petit vol São Paulo-Amsterdam, comme ça, juste pour s’échauffer. J’avais eu l’heureuse idée de faire un check-in online avant, comme ça, au cas où, vu que je n’avais pas d’imprimante, donc je ne savais pas vraiment si ça servirait à quelque chose. J’ai trèèèèès bien fait.
Chers amis, si il y a bien un conseil que je peux donner à tous ceux qui me demandent des tips sur les voyages à faire, le meilleur reste bien celui-ci: TOUJOURS FAIRE SON CHECK IN ONLINE. Dans ce cas, ça m’a évité une queue de 300m (oui oui, sans déconner): lorsque je venais d’arriver, en dernier, donc, une sainte femme en bleu nous demande si on avait fait un check in online… 300m en 4secondes. Oh yeah.

Il s’avère que lors de ce check in, j’avais vérifié nos places au cas où, histoire de voir si nous n’avions pas les derniers sièges qui n’inclinent pas, ou que nous n’étions pas chacune d’un côté d’un couloir. Non, nous étions bien à des places normales, fenêtre et milieu, K 21 et 22.
MAAAIIIISSS…. que se passe-t-il quand l’avion dessiné sur le site ne correspond pas au modèle qui va vraiment voler, dans lequel les putains de sièges K21 et 22 sont bel et bien les dernier sièges qui n’inclinent pas?? Hein?? Et bah on dit vive KLM. Et on s’étire un peu avant, si vous voulez bien. Parce que SP-Amsterdam, c’est pas vraiment à côté.

Arrivé à Amsterdam, le conducteur, très optimiste (ou très hollandais) nous annonce que la température est fort agréable, et que le ciel est dégagé. On atterrit, et on se rend compte que sa température agréable veut dire 17°C pour un mois d’août, et que son ciel dégagé est celui que Catherine Laborde décrirait comme couvert.
En fait, dégagé en hollandais veut dire qu’on voit les nuages dans le ciel, au lieu de les avoir dans la gueule…

Bref, après ce sympathique séjour dans les paysages de tulipes et sabots de bois vus dans les cartes postales de l’aéroport, arrive le prochain trajet/ Amsterdam-Madrid. Parce que c’est entendu, que pour aller à Madrid depuis l’Amérique du Sud, il faut monter jusqu’à Amsterdam. Arrivée à Madrid, métro-taxi-nuit chez une amie-taxi-aéroport-avion vers Marseille. En Ryan Air.
Je raconterai mes péripéties Ryan Air une autre fois.

Depuis Marseille, navette-gare-train vers Cannes.

Et c’est là et seulement là, après un SP-Cannes de 2,5 jours après le mois et demi passé au Brésil à mon insu (long story), je retrouve mon nenezinho les bras ouverts pour me ramener à la maison que je ne connaissais pas encore.
I’m better now…

h1

Pourquoi Paraty?

août 14, 2009
Paraty por Feranda MarquesPhoto: Fernanda Marques sur Flickr

Toi, touriste passionné du Brésil. Toi qui ne peut exclure Rio de ton itinéraire. Pourquoi passes-tu inévitablement par Paraty lors de ton voyage? Y a-t-il un concensus national qui élit la ville comme THE lieu incontournable?

Je ne remet pas du tout en cause l’intérêt de cette ville si pittoresque, mais c’est impréssionnant le nombre de français par m2!! Quelqu’un m’explique?

h1

J’ai ramené uma vaca to my house

novembre 29, 2008
Host a cow!

Host a cow!

Attention, mesdames et messieurs: post polyglote. Vous savez bien comme je n’ais pas vraiment la patience de faire ce genre de trucs (vous pourrez le confirmer en voyant que les traductions selon les langues évoluent un peu… c’est toujours chiant de dire plusieurs fois la même chose!)

Donc, la vache. Oui, elle est ici à Bordeaux en attendant que quelqu’un d’autre prenne le relai et l’embarque ailleurs. Je sais qu’il est presque 2h du mal mais je ne perd pas la boule, je parle de la Cow World Tour 2009 (waa un nom comme ça, ca fait presque Optic 2000). Clickez et vous verrez par vous mêmes. Le montage de Bdx je l’ai fait, et ça prend vraiment 5min, alors comme je sais (tout simplement parce que vous êtes sur ce blooooeuueuueg) que vous en avez bien 5 autres à perdre, je vous invite à faire pareil. Voilà.

So yeah, a translated post… How uncool is that? Bless my patience. The thing about the cow: I took the cow from the Cow World Tour 2009 here to Bordeaux. Y? Because sometimes I reeeaally don’t have much to do (or pretend I don’t). That’s why I’m spending time translating a post at 2 a.m. But come on, take the challenge, build a pic (the cow of the project is available in the link: if you can’t read French, it’s the blogger’s niece that drew it, and honnestly, it’s the really cool kind of cows (yeah, there are many kinds, you ignorant!) so take another 5 minutes (asside from those you spent here) to bring it to your town and send the pic to cow.worldtour.2009 *at* neuf.fr .

Tá, agora em português… cara, eu realmente tenho tempo a perder… Bom, a história da vaca, é que ela é uma vaca viajante! Eu trouxe ela aqui pra Bordeaux na espera que um de vocês a embarque pra cidade onde moram. Essa vaca você encontra aqui e pode transformá-la, fotoxopá-la, cortar em pedaços se quiser, enquanto o fizer com a fotinha da sua cidade. E aí? Vai fazer? vai… eu sei que se você está aqui nesse blooooouuuuhhg é que tem bem uns 5 minutinhos a ceder 😉. Ah, e depois não esquece de mandá-la para cow.worldtour.2009 *arroba* neuf.fr!

h1

Saia de casa

octobre 8, 2008

Gente, eu tô indo passar uma semaninha na Alemanha e já volto. Guenta aí que quando eu voltar tem mais!

Profite-en pour sortir un peu de devant l’ordi, prendre un bookin, je sais pas… Car pour vous, mes chers lecteurs qui venez spécialement pour mon petit bleeeuuugh (oui oui, j’en suis sûre… ), je garantis que vous ne raterez rien parce que je repars une semaine en Allemagne.

Et moi qui croyait que pertedetemps serait une bouteille à la mer… merci à tous ceux qui lisent, je me fais un plaisir de voir que vous êtes tous les jours plus nombreux!

(Ok, maintenant j’arrête mon moment TF1…)

h1

Notre cher ami Érasme

août 28, 2008

Donc oui, je fais partie de ce vaste groupe de gens qui partent de chez eux et aterrissent dans un pays qui ne parle pas notre langue. Moi, j’ai choisi l’Allemagne. J’ai eu de la chance sur ce coup-ci, parce que la plupart du temps, en tout cas dans notre chère école d’archi, on ne choisit pas vraiment ou on va. Du coup, je pense que ça relève un peu de la même folie qui nous faisait rêver, quand on était petits, à pointer du doigt un pays x du globe-monde, en s’imaginant qu’on le visiterait.

J’ai choisi l’Allemagne pour mes bonnes raisons, on s’en fiche. Je ne regrette en rien mon choix. Je ne vais pas venter les mérites d’apprendre à l’étranger; les catalogues Érasmus le feront très bien.

Je me souviens encore de quand j’ai déménagé. Voir que toute notre petite vie rentre dans 3 valises. Lourdes, certes, mais valises quand même.

En arrivant dans le WG, je demande à celui qui m’accueille (c’est pas dans mon école qu’il y aura quelqu’un pour accueillir les Erasmus…): on est combien dans chaque appart? 7, il me répond. Moi qui m’attendais à ce qu’il me réponde 2 ou 3, je te dis pas le choc. Air blasé, je répond « Ah… »

Les autres 6 en question, n’ont pas fait tellement de différence. Enfin… Il a avait 2 autres filles, le reste des chambres étaient occupées par la gente masculine. Je n’ai pas l’intention de faire de grandes généralisations, mais des 4 mecs, je pense en avoir tiré une demi heure de conversation au total, en un an, et en sommant le temps des 4. Et je ne suis pas sure que dans cette demi heure, je ne sois pas la protagoniste du dialogue… Bref.

Heureusement donc qu’il y avait les filles. Une est arrivée en même temps que moi. L’autre, au 2e semestre. Alors que nos chers amis colloc’s nous fuiaient comme des rats dans leur trou, nous autres laissions nos portes de chambre ouvertes, musique à fond, repas à 3, t’as pas une planche à lisser? Elle est où la grande casserole?

Nos amis masculins (il en faut toujours; je fais partie de ce vaste grupe de filles qui s’entendent mieux avec les mecs… C’est très courrant, je constate) habitaient d’autres WG. Donc ce n’était pas à eux qu’on s’y prenait pour râler parce que le siège de la cuvette, ça se baisse.

Je ne me suis pas décidée à poster des images de nos (inoubliables….) soirées, parce que déjà que tout ça n’interesse personne, alors les photos d’inconus, j’ose à peine imaginer. Mais je ne peux pas omettre qu’elles furent l’attraction principale du séjour. Régulières et internationales. Comme on les aime.