Posts Tagged ‘vida de estudante’

h1

Bordel post-charrette, ou l’Italie dans sa cuisine

décembre 16, 2008

Pan Dan, design par Thout

Bientôt les vacances, on est content… ce qui veut dire: rendu, ce qui veut dire: charrette. Je ne vais pas expliquer ce qu’est une charrette aux non « archistiques », désolés, mes chers. En plus, je suis à peu près convaincue que 90% des lecteurs de la session francophone de ce blog (waaa, comme c’est international!) est étudiant d’archi, veut l’être, veut en finir de l’être ou se souvient de comment c’était quand ils l’étaient.

Anyway. Le truc, c’est que, personnellement, les charrettes sont synonymes de bordel généralisé.

thout scribblelamp edited En plus, je sais, c’est cool de dire qu’on aime ça (la masochiste attitude, mouais…), de dire qu’à plussieurs c’est plus fun, que ca fait partie du lifestyle (je re-re soutiens que c’est un lifestyle), soit. C’est votre rendu, c’est votre problème. Pour moi, j’avoue que ça marche mieux quand je suis toute seule. Et c’est ça le pire: j’hiberne complètement pendant la dernière semaine (en contant à rebours: J-7, /J-6, puis H-8, H-2, H-0.5!) et que le bordel en question… bah il vient incontestablement de moi.

Alors ce qui se passe, généralement, c’est que je rentre le soir écrabouillée de fatigue (normal), et la dernière de mes envies est d’aller résoudre le problème de la tour de Pise installée dans mon évier ou de la chasse aux petites cuillers un peu partout dans l’appart (oui, la charrette me donne envie de m’empifrer de yaourt, et alors!? Bande de cafféine addicts!).  Donc, je pionce.

À 20h j’étais fièrement au lit. Et là….. dans la série la-loi-de-Murphy-dans-la-vie-de-Maria… on m’appelle..! SUR MON FIXE!! Jamais on m’appelle sur mon fixe. je ne sais même pas pourquoi j’ai un fixe. D’ailleurs, si: c’est parce que c’est inclus dans le pack internet. Presque personne a ce numéro (si tu en fais partie, cher lecteur, considère-toi UHV.I.P), et la preuve que j’en ai rien à foutre de mon numéro de fixe, c’est que j’ai acheté un appareil avec fil (spiralé et tout) et qu’il est (branché, certes, mais) dans un tiroir.

Mais là, minuit treize et ça sonne. Putain… Je m’en fout. Ca insiste. Je me souviens de la dernière fois où je ne voulais pas répondre et que je me suis quand même levée pleine de mauvaise volonté, mon pied est resté accroché au drap, je me suis gamélée au pied du lit et jusqu’aujourd’hui je ne plie plus très bien mon gros orteil (voilá pour le moment d’inutilité publique N. 137). Alo? ahã… Ciao.

Je me rendors. On me rappelle! « WTF? » comme diraient mes amis en mode lol. DEUX fucking heures du mat, et j’insiste qu’on ne m’appelle jamais, encore moins quand on sait que je suis en charrette. « Alo? Ah, comment ça, tu es toujours réveillée? » J’adore…

Du coup je ne dormais plus. Pas pendant, pas ensuite. 3h et 2 grands yeux ouverts. Génial. Du coup ce soir je récupère les heures de sommeil de ma nuit post-charrette interrompue. C’est pourquoi c’est toujours l’Italie dans ma cuisine.

P.S: La lampe et sa ré.édition sont canadiennes et non italiennes. Parce qu’aujourd’hui j’ai apris que les canadiens sont connus pour avoir peur du noir (WTF N.2)
Publicités
h1

Estudante em modo dona-de-casa

octobre 22, 2008

Extra extra: na Europa, roupa se lava no banheiro. Ou na cozinha. isso é normal e não choca absolutamente ninguém além da brasileirada que vem por aqui achando que vai encontrar área de serviço em todas as casas.

No meu caso, que também é o de muitos estudantes que não estão mais nessa vida confortavelmente asséptica com papai-mamãe-empregada também considera os queridos Lavo’matic… lavanderias, para os não-íntimos. Só que… a m*** do que tinha aqui em baixo de casa fechou… quem é que vai ter que sair de mala e cuia (a cuia é para o sabão em pó) lavar roupa na rua? Ê!! Estou adiando o momento o máximo possível. Só de pensar em levar tudo em transporte público e voltar… acredito que posso contar com vossa compreenção.

Assim sendo, a fase número um foi lavar coisa na mão. Vai lá, agaixa na banheira e resolve. Tá… mas vai lavar uma toalha, uma calça jeans sem poder torcer e depois me conta… Desisti depois dessa.

A fase dois foi mais prática, mas também mais cara de pau. Bati na porta da vizinha. Ô….. menina!? (nem sei o nome, o que leva a cara-de-pau pro nível 2. Ela disse, mas já esqueci, o que me promove para o 3…) Dá pra liberar a máquina um pouquinho? Read the rest of this entry ?