h1

Sweet come back

septembre 8, 2009

Ca y est, je suis de retour en France. Après le plus long trajet São Paulo-Cannes de l’Histoire, me voici dans mon nouveau chez moi, avec un dernier petit goût de vacances, vu qu’ici il fait toujours beau et chaud, et la piscine m’invite gentiment à la rejoindre tous les jours.

Si le trajet fut long, c’est parce qu’il fut morcelé en mille d’étapes; vous savez, quand on est encore jeunes, le paramètre confort passe bien après celui du prix…
J’ai enchaîné tellement de vols que je commençais bien évidemment à apprendre les démonstrations de sécurité par coeur. D’ailleurs, au dernier trajet Madrid-Nice (j’en viendrai à expliquer ce que Madrid peut bien vouloir faire dans cette histoire), je me suis carrément fait engueuler par l’hôtesse de l’air parce que je discutais avec mon voisin pendant qu’elle montrait comment souffler sur le petit tuyau en cas de mauvais gonflage du gilet, yadda yadda.

Oui, donc, avant Madrid, un gentil petit vol São Paulo-Amsterdam, comme ça, juste pour s’échauffer. J’avais eu l’heureuse idée de faire un check-in online avant, comme ça, au cas où, vu que je n’avais pas d’imprimante, donc je ne savais pas vraiment si ça servirait à quelque chose. J’ai trèèèèès bien fait.
Chers amis, si il y a bien un conseil que je peux donner à tous ceux qui me demandent des tips sur les voyages à faire, le meilleur reste bien celui-ci: TOUJOURS FAIRE SON CHECK IN ONLINE. Dans ce cas, ça m’a évité une queue de 300m (oui oui, sans déconner): lorsque je venais d’arriver, en dernier, donc, une sainte femme en bleu nous demande si on avait fait un check in online… 300m en 4secondes. Oh yeah.

Il s’avère que lors de ce check in, j’avais vérifié nos places au cas où, histoire de voir si nous n’avions pas les derniers sièges qui n’inclinent pas, ou que nous n’étions pas chacune d’un côté d’un couloir. Non, nous étions bien à des places normales, fenêtre et milieu, K 21 et 22.
MAAAIIIISSS…. que se passe-t-il quand l’avion dessiné sur le site ne correspond pas au modèle qui va vraiment voler, dans lequel les putains de sièges K21 et 22 sont bel et bien les dernier sièges qui n’inclinent pas?? Hein?? Et bah on dit vive KLM. Et on s’étire un peu avant, si vous voulez bien. Parce que SP-Amsterdam, c’est pas vraiment à côté.

Arrivé à Amsterdam, le conducteur, très optimiste (ou très hollandais) nous annonce que la température est fort agréable, et que le ciel est dégagé. On atterrit, et on se rend compte que sa température agréable veut dire 17°C pour un mois d’août, et que son ciel dégagé est celui que Catherine Laborde décrirait comme couvert.
En fait, dégagé en hollandais veut dire qu’on voit les nuages dans le ciel, au lieu de les avoir dans la gueule…

Bref, après ce sympathique séjour dans les paysages de tulipes et sabots de bois vus dans les cartes postales de l’aéroport, arrive le prochain trajet/ Amsterdam-Madrid. Parce que c’est entendu, que pour aller à Madrid depuis l’Amérique du Sud, il faut monter jusqu’à Amsterdam. Arrivée à Madrid, métro-taxi-nuit chez une amie-taxi-aéroport-avion vers Marseille. En Ryan Air.
Je raconterai mes péripéties Ryan Air une autre fois.

Depuis Marseille, navette-gare-train vers Cannes.

Et c’est là et seulement là, après un SP-Cannes de 2,5 jours après le mois et demi passé au Brésil à mon insu (long story), je retrouve mon nenezinho les bras ouverts pour me ramener à la maison que je ne connaissais pas encore.
I’m better now…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :