h1

Le Brésil envoie paître tous ses journalistes

juin 19, 2009

Ça y est, c’est officiel, le journalisme brésilien est mort. Le pays a voté une loi qui rend le diplôme obsolète .

Au tribunal, qui aurait duré plus de 4 heures, l’avocate (on dit bien avocate pour une femme, ou pas?) a eu le courage d’afficher son manque de culture en disant que l’exigence du diplôme est inconstitutionnelle (oui oui, des siècles que le monde en bénéficie, mais on est tous des cons hors-la-loi), parce que la Constitution garantit la liberté d’expression et la liberté de pensée.

Euh… ok… ceci dit, constitution ou pas constitution, tout le monde a le droit de décorer chez soi comme il veut, mais il y a encore des gens diplomées pour le faire (voilà un métier obsolète, les décorateurs, auquel t’aurait pû t’y prendre, nunuche… t’aurais fait moins tâche…), et tout le monde a le droit de cuisiner comme il veut, pourquoi offrons-nous un diplôme pour ça? Et puis attend, combien de grands archis ne sont pas diplômés? Á quand l’école d’architecture obsolète? Ne parlons pas de celle d’arts-P, encore moins celle de publicité et marketing. Mais oui!! Voyons, c’est une histoire de talent, non? Ça fait pitié…
De toute façon, ils nous ont bien prouvé que même le président n’a pas besoin d’être diplômé…

Ce que notre chère-cheap avocate a ajouté (by the way, son nom: Taís Gasparian), c’est que l’exigence du diplôme est plus qu’indésirable, elle est impraticable. Sa justification? Les blogs.

Non mais ma pauvre, t’as vraiment une lacune intellectuelle… Alors on donne les outils pour que les gens fassent mumuse (dont moi: ça y est, je m’auto-proclame journaliste après ce sublime article critique d’actualité, et international, en plus! Waaa, ça va sur mon CV! pff!) et ils peuvent se déclarer professionnels. Super. Alors si en offrant le kit « crée ton propre blog en 3 clicks » on crée des journalistes par expérience,  je vais m’aprêter d’offrir le coffret « petit chirurgien » de Mattel à mes enfants, comme ça on gagne du temps et du fric.

Pour finir, parce comme je suis une journaliste en herbe, je vais aller jusqu’au bout, elle en rajoute une couche comme quoi le journalisme est un métier intellectuel lié au domaine des connaissances humaines, ainsi qu’à celui du langage, qui sont des champs très larges (waaa!), et qu’il est engagé avec l’information et la curiosité, et l’acquisition de ces compétences n’a pas lieu uniquement dans une faculté de journalisme.
Et bah écoute, moi je dirais encore heureux, mais après, c’est comme on veut!

C’est ma deuxième déception avec le Brésil ces derniers-jours. La première avait été de voir que la commission d’architecture avait été capable d’organiser un concours fermé d’une durée de 10 jours pour demander un pavillon d’exposition pour l’expo de Shanghai, et avait élu la merde suivante pour représenter l’architecture du pays:

(oui, l’archi Fernando Brandão a eu le courage de rendre ces images)

Voyez? Si on n’a plus besoin de diplôme parce que la communication est à la portée de tout le monde, voyez-vous: l’architecture aussi! Ou vous allez me faire croire qu’il faut 5 ans pour faire cette merde ce hangar?(parce que ce n’est rien de plus que ça, on est d’accord).  Mais non: télécharge gratuitement ta version de SketchUp sur Google et deviens architecte avec nous!

Allez, je m’en vais d’ici, parce que pour une raison qui doit être très conne, apparemment, je tiens quand même à mon diplôme…

P.S: je ne sais pas si il existe vraiment un kit petit Chirurgien de Mattel…

10 commentaires

  1. aaaai, traduz né?! ahahah, sacanagem. ao menos em inglês!


  2. traduzi!!! pronto, pode ler!🙂


  3. C’est incroyable ! J’hésite à m’improviser architecte (j’adorais les légos dans mon enfance), et puis, vu le pavillon choisi, on se dit que ça ne doit pas être trop compliqué… Ou peut-être même une flûtiste en devenir (si si, on en fait au collège).
    Si tu veux quand même une bonne surprise du brésil et que t’as le temps ce week-end, j’ai adoré l’expo de Beatriz Milhazes à la Fondation Cartier (mais c’est les derniers jours).


  4. Ah mince, Paris, pour moi, seulement début juillet… Mais je ne perd pas complètement les espoirs pour le Brésil… faut se dire que ce n’est qu’une phase😉


  5. alors?? tu viens quand à Paris??!!??

    Bon et moi je veux etre.. danseuse étoile.. chanteuse, ( arg les pauvres!! =D ) , et maquilleuse.. comme quand j’étais petite…

    mais avant tout.. ya pas besoin de diplome pour ça.. je veux etre une super amie , une super amoureuse pour mon chéri, et pas etre trop moche ( ça s’est raté avec les boutons que m’a refilé le c***** du boulot qui m’a mis les nerfs =D)

    Bisous misstinguette


  6. C’est intéressant et effectivement à priori révoltant, mais est ce que tu peux nous raconter dans quel contexte cette loi a été votée ? Est ce que c’est pour permettre d’ouvrir le métier de journaliste à plus de gens qui auraient le talent de l’exercer ? Quand tu vois comment en France par exemple certains journalistes qui ont leur carte de presse exercent leur métier… ce n’est pas un gage de qualité…


  7. Il faut avouer que la techno donne les moyens à ceux que ça intéresse d’assouvir leurs passions (journalisme, archi, traduction…). Elle fait tomber des barrières et permet à presque n’importe quel possesseur de connexion ADSL de devenir « virtuose en herbe ».
    Mais je pênse que ça ne fonctionne qu’avec les passionnés. Et là, qu’on soit dans une école ou dans un cybercafé shanghaiais, quand on est habité…

    PS : Ok, je ne laisserai pas un chirurgien autodidacte me traquéotomiser à la première crise d’asthme !


  8. En fait, je ne sais pas te dire nomplus le contexte précisemment, mais c’est une décision qui n’empêche pas le gens de faire un diplome de journalisme, mais autorise aux recruteurs d’embaucher des self-made journalistes sans diplôme. Moi, les articles dans une dépêche rédigés par un intervenant non-journaliste, tu te dis, pq pas, mais pour tout un pays, de voir les place de journalistes occuppées alléatoirement par des diplomés ou des non diplomés, c’est affollant. Surtout pour toute l’éthique de neutralité d’information qui rôde autour du métier, et qui laissera place à des positions du genre « c’est mon ami, je ne vais pas écrire du mal de lui ». Crois-moi, au Brésil ce en sera pas rare… Et c’est grave, pour une démocratie qui veut des citoyens libres, non?


  9. Je te rejoins complètement sur la théorie, et même sur la pratique de l’autre côté de l’Atlantique (n’y ayant jamais mis les pieds, ma légitimité à prendre la parole est dans le genre « ultra light sans sucre »).
    Après le côté « éthique » et donc « neutralité de l’information », je le digère un peu moins bien (on connait tous les cas hyper récurrents de journalistes lâchant les armes devant le poids d’un annonceur ou d’un cousin dans la politique, en France aussi)…
    L’éthique a une sonorité très conservatrice pour moi, et à l’heure de la démocratisation de la pensée et de l’expression, le conservatisme… Pouet!


  10. Je sais pas trop où mettre ça, c’est surement pas le meilleur endroit, mais t’es la seule blogueuse/archi identifiée… Alors voilà : http://www.fillslashstroke.com/slash/2009/06/what-is-architecture/



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :